AVOCAT : UNE JOURNÉE ORDINAIRE

AVOCAT : UNE JOURNÉE ORDINAIRE


AVOCAT : UNE JOURNÉE ORDINAIRE

— 9 heures – audience devant le Bureau de Jugement du Conseil de Prud’hommes de Grasse

AVOCAT : UNE JOURNÉE ORDINAIRE

En partance de Nice, la route, l’agitation des heures de pointe.

La nécessité de se concentrer sur la plaidoirie à venir.

Savoir capter l’attention des Juges qui ont de très nombreuses affaires à trancher et de nombreuses plaidoiries à écouter. AVOCAT : UNE JOURNÉE ORDINAIRE

AVOCAT : UNE JOURNÉE ORDINAIRE

AVOCAT : UNE JOURNÉE ORDINAIRE


AVOCAT : UNE JOURNÉE ORDINAIRE

— 9 heures – audience devant le Bureau de Jugement du Conseil de Prud’hommes de Grasse

En partance de Nice, la route, l’agitation des heures de pointe.

La nécessité de se concentrer sur la plaidoirie à venir.

Savoir capter l’attention des Juges qui ont de très nombreuses affaires à trancher et de nombreuses plaidoiries à écouter.

Chaque Confrère sait bien qu’il vaut mieux « passer » dans les premiers à plaider.

Il est normal qu’après 4 heures d’audience les magistrats puissent être fatigués et moins patients.

La « science » de l’audience c’est alors « juger » de la meilleure façon de présenter l’affaire aux Juges à un instant « t » de l’audience.

9 h 50 – Je suis en 23ème « position » sur un rôle qui comporte 80 dossiers.

Je sais que je ne plaiderai pas avant midi, si j’ai de la chance…

Je fais savoir à la Greffière de l’audience que je m’absente afin d’effectuer mes démarches auprès des différents services de l’enceinte judiciaire.

Au préalable, je relis mes écritures. On parle de Conclusions. Il s’agit de l’argumentaire présenté à la Juridiction dans la défense des intérêts de son Client.

Je vérifie à nouveau la bonne présentation du dossier de plaidoirie qui sera in fine remis aux Juges.

Ce dossier contient les conclusions ainsi que les pièces et documents au soutien de l’argumentaire.

Car il est une règle générale : celui qui invoque un fait et se prévaut d’un droit doit en apporter la preuve.

Tout est bien coté. Mes notes de plaidoiries sont « élastiquées » au dossier.

J’effectue mes démarches : la tournée des grands ducs.

D’abord le bureau commun des Avocats. Ensuite les Greffes des Chambres qui m’intéressent à ce moment précis : vérifier si une décision a bien été rendue, ramener un document réclamé par tel ou tel service etc.

10 h 45 je retourne à l’audience.

Je prends connaissance de certains courriers emportés avec moi pour ne pas perdre de temps.

 11 h 25 – J’interroge le Greffe pour savoir si mon dossier doit être appelé bientôt.

Encore une affaire avant moi. Ce ne sera plus long.

 12 h 30 – Je plaide !

Les Confrères qui ont précédé ont été très longs, je vais devoir savoir capter l’attention des magistrats.

Je choisis d’évoquer le dossier de manière originale.

Anticipant les questions des Juges.

Plaidoirie : Je présente les faits, puis c’est le « jeu » questions –réponses avec cette particularité que je suis à la fois celui qui interroge et celui qui répond.

Je remarque que j’ai capté l’attention de la Juridiction qui à son tour me pose des questions.

Les questions sont directes et précises.

Je connais bien mon dossier, et je réponds sans rencontrer la moindre difficulté.

13 h 10 – Nous avons plaidé.

Le Conseil doit encore entendre deux dossiers.

Date de délibéré : le 8 janvier.

Je dois donc attendre cette date pour connaître la teneur du Jugement qui sera rendu.

13 h20 – Le déjeuner

Aujourd’hui je déjeune. Une fois n’est pas coutume.

Je me suis autorisé ce luxe dans la mesure où je n’ai pas d’audience à 14 heures.

Dans le cas contraire, j’aurais été contraint de partir directement sans déjeuner.

Etant à Grasse, j’avais prévu de déjeuner avec un client afin d’évoquer ses dossiers et répondre à ses questions.

14 h 45 – Retour au Cabinet à Nice

Un café… je réponds aux messages urgents (sms, messages téléphoniques, courriels, télécopies …)

— 16 h 10 – J’attaque le dossier que je dois plaider le lendemain à la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence.

Nous sommes trois parties.

L’un de mes contradicteurs, ou Avocat de la partie adverse, m’a adressé la veille des conclusions accompagnées d’une vingtaine de pièces. Il espère ainsi que je solliciterai le renvoi afin que l’affaire ne soit pas plaidée et gagner ainsi du temps.

J’ai recueilli les observations de mon client par courriel. Je peux conclure en réponse.

19 h 15 – les conclusions à peine achevées, la troisième partie m’adresse ses écritures par télécopie.

Finalement tout se clôture vers 22 h.

Je repousse mes rendez-vous du soir. Il faut en effet que je sois en forme pour plaider ce dossier à la Cour demain matin.

Je dois être à Aix-en-Provence au plus tard à 7 h 45. L’audience commence à 8 h 15…

 

Une journée « ordinaire » ….

Contactez-nous

Nous vous répondrons sous 48 heures